L'église Saint-Rémi


L’héritage transmis par nos anciens mérite le respect et souvent l’admiration. Cela s’applique parfaitement à notre église de Pierrefitte sur Loire et tous les Pierrefittois peuvent être légitimement fiers, de son histoire, des trésors qu’elle contient et dont ils sont les dépositaires. 

Monsieur Jean Clément(*) a décrit, de manière fort intéressante la puissance qu’a représentée l’église de Pierrefitte par le passé, siège d’un archiprêtré d’Autun ainsi que de quelques unes des péripéties, de son histoire et certains de ses meubles prestigieux. 

Aujourd’hui, dans la continuité, grâce à l’action de Madame Regond, conservatrice en chef des monuments historiques, de nouveaux mobiliers sont inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, et, certains déjà inscrits sont proposés comme monuments historiques. Faire mieux connaître l’église Saint Rémy et son patrimoine est l’ambition de cet article et des photos qui l’illustrent.

Dans le cœur, le magnifique retable en bois est proposé comme monument historique, il détient en son centre un tabernacle composé du 17ème siècle, déjà inscrit sur l’inventaire supplémentaire à la liste des objets mobiliers classés le 3/12/1975.

A l’occasion des grandes fêtes, ce tabernacle en bois doré est rehaussé de six autres statues en bois sombre : Saint Jean-Baptiste, deux évangélistes, un évêque et deux anges qui ont été inscrits le 04/03/2004. 

Dans la nef, trois meubles furent classés monuments historiques le 30/08/1924. Tout d’abord, le bénitier en marbre gris de Diou de 1643 situé à droite de la porte côté place et le baptistère en marbre blanc veiné de rose de la fin du 17ème siècle au pied armorié situé sous l’escalier menant à la tribune. 





Ensuite il faut prendre son temps pour admirer les détails de la très belle statue en pierre polychrome du commencement du 16ème siècle : Vierge à l’enfant tenant fermement un oiseau par le cou, vierge superbe de douceur et de finesse. 



Enfin une délicate statue en bois de Saint Roch (17ème siècle) vient elle, aussi, d’être inscrite mais son état actuel ne permet pas de l’exposer à l’admiration voire à la dévotion du visiteur. Cette représentation est, malgré l’outrage des ans, restée très fraîche et criante de vérité. 

Au-delà de meubles classés, notre église est remarquable par plusieurs détails intérieurs. En premier lieu, le système de fermeture de sa porte principale avec sa grosse barre transversale qui nous change beaucoup de nos fermetures modernes. La rampe de l’escalier est, elle aussi, étonnante dans l’asymétrie des balustres.

Si vous montez à la tribune et avez une bonne vue, vous pourrez lire cette inscription bizarrement placée sur la poutre centrale attestant de la réparation de l’église (en 1650?). "L'église de s rémy de pierrefitte a este  rebatie 27 octobre 1650".

(*) « A Pectra Ficta Chemin Faisant » Pierrefitte sur Loire Décembre 1993, pages 2, 12 et 13.

X. Angleys et P. Harrault